peinture sur porcelaine

L’upcycling, vous connaissez ? Cette tendance inspirée du développement durable, consiste à réutiliser/ détourner des objets anciens et leur donner une seconde vie. A l’image des assiettes vintages de Béatrice Corteel ! Avec ces pièces en porcelaine, elle crée des éléments déco personnalisés qui sortent de l’ordinaire. Rencontre avec la créatrice de YATO, une marque dans l’air du temps !

Par Marlène Renou

Parisienne d’origine, Béa a depuis toute petite cette âme d’artiste et cette envie de créer. Après des études d’art et de graphisme, une opportunité lui permet de travailler dans le prêt-à-porter de Luxe en tant que directrice commerciale. Cette première carrière qui la passionne, ne lui fait néanmoins pas oublier ses premières amours : l’art et le dessin. C’est décidé ! Il y a six ans, Béatrice, tourne la page de sa vie parisienne et emménage sous le soleil de la Côte d’Azur. Elle y installe son petit atelier au coeur de Cannes, à l’abri des regards, et laisse libre court à sa créativité.

Naissance d’un art

Adepte du travail manuel et de l’artisanat, Béatrice est une grande fan de peinture sur porcelaine. Un jour, un peu par hasard, alors qu’elle peint pour le plaisir dans son atelier Cannois, elle utilise une veille assiette de sa grand-mère en guise de palette pour mélanger ses couleurs… L’idée de customiser un objet ancien la séduit immédiatement « Je me suis dit c’est original, je tiens peut-être quelque chose ! » confie-t-elle. Fortement inspirée par les tendances du prêt à porter, Béa dessine à la main une tête de mort sur sa toute première assiette. « C’était à la mode, nous en avions toutes sur nos vêtements. » L’objet initial est détourné, le côté doux de la vaisselle fleurie s’accorde parfaitement avec le rock’n’ roll du dessin. Pendant un an, l’artiste se consacrera a développer ses collections… C’est la naissance de la marque YATO ( You Are The One) en référence au côté unique et précieux de chaque pièce.

Deuxième vie

Ce qui lui tient à cœur par dessus tout, est de donner une seconde vie à un objet vintage plutôt que de le jeter. C’est ce qu’on appelle outre atlantique l’UpCycling (littéralement, « surcyclage ») L’idée est de revaloriser un produit déjà existant et de le remettre au goût du jour. Cette tendance qui a le vent en poupe dans le monde de la mode et maintenant de la déco, Béa l’avait pressentie depuis un moment déjà. « Les assiettes représentent beaucoup, cela évoque la transmission, c’est un patrimoine de famille, explique-t-elle. De plus, la porcelaine de Limoges incarne aussi le savoir-faire français ». Pour réaliser ses collections, Béa chine des assiettes en grande quantité partout où elle se rend : vide grenier, brocante, salle des ventes. « Généralement, ces objets dorment dans des placards, là elles ont une deuxième vie. J’aime l’idée qu’elles partiront peut-être à Los Angeles ou au Cap Ferret… » confie-t-elle.

Sur mesure

Tous les dessins sont faits à la main. Chaque pièce est personnalisable et crée donc une oeuvre unique. Très vite, l’artiste se rend compte qu’accrochées au mur, elles révèlent tout leur potentiel « C’est comme un tableau, une oeuvre d’art » Exit le côté ringard ! Béatrice imagine des compositions d’assiettes de toutes formes qui s’accordent et constituent une fresque. Un travail rigoureux et minutieux qui nécessite des heures de labeur pour sublimer chaque objet : recherche iconographique, dessin, peinture, cuisson, séchage… De l’artisanat de luxe qui demande évidement des délais. Le client fait partie intégrante du projet, la fresque est réalisée en fonction de ses goûts.

Le succès est au rendez-vous !

Béa travaille maintenant en collaboration avec des boutiques de décoration, des concept stores, des restaurants, des hôtels, des chambres d’hôtes… Sur la Côte d’Azur bien sûr, mais pas que ! Ailleurs en France mais aussi à l’étranger. On peut retrouver les assiettes en porcelaine de Béatrice à Saint-Tropez comme à Saint-Barthélémy. Mais aussi sur des salons mondialement connus, comme Première Classe ou encore Maison et Objets à Paris. Elle ne s’attendait d’ailleurs pas à un tel succès. « Les clients me sollicitent pour des projets que je n’aurais pas osé imaginer ! Mais j’en suis ravie, je vis maintenant de ma passion ! »

Yato : porcelaines personnalisées

Leave a Reply